Un cœur sensible

« Lorsque j’entendis ces choses, je m’assis, je pleurai, et je fus plusieurs jours dans la désolation…  » (Néhémie 1.4).
Néhémie a été déporté à Suse, mais il n’a jamais oublié le pays de son peuple, Israël. Quand son frère arrive de Juda, Néhémie lui pose donc toutes sortes de questions à ce sujet : « Comment se portent les Israélites qui sont restés à Jérusalem, et dans quel état est la ville ? » Lorsque son frère lui fait part de leur situation, Néhémie est bouleversé.

Aujourd’hui, il nous est facile de poser des questions : il suffit d’un clic de souris pour avoir accès à toutes sortes d’informations.
Avons-nous à cœur le peuple de Dieu ? Cherchons-nous à nous informer du sort des chrétiens du monde, ou nous préoccupons-nous davantage de notre petit confort personnel ?

Hélas, les nouvelles qu’apprend Néhémie sont consternantes : « Les Israélites sont très malheureux. Les murailles de Jérusalem sont en ruines, et ses portes ont été brûlées. »
La réaction de Néhémie est très intense : il pleure, se désole, jeûne et implore l’Éternel en faveur de son peuple.
Quelle est la nôtre lorsque nous apprenons, par exemple, que les nouvelles lois de notre pays s’éloignent toujours plus de celles de Dieu, ou que la persécution redouble d’intensité dans les nations fermées à l’Évangile ?
Dieu dit-il de nous : « Ce peuple est devenu insensible » (Matthieu 13.15) ?

Il me semble que nous sommes bombardés en permanence d’une si grande quantité d’informations qu’automatiquement, nous nous forgeons une carapace protectrice, sans quoi nous passerions nos journées à pleurer. Les catastrophes du monde entier s’étalent chaque jour sur nos écrans. Nous prenons donc l’habitude de faire le vide dans notre tête et de laisser ce qui nous perturbe glisser sur nous sans nous atteindre, comme l’eau glisse sur les plumes d’un canard.
Avons-nous « endurci nos oreilles et fermé nos yeux » (Actes 13.15) ? Dans ce cas, il est grand temps de réagir.
Nous ne pouvons pas porter toute la misère du monde sur nos épaules, et Dieu ne nous le demande pas non plus. Mais nous avons tous notre rôle à jouer, petit ou grand, dans l’avancement du royaume de Dieu. Notre vie peut faire une différence dans ce monde en déroute !

Ma prière de ce jour :
Seigneur, s’il te plaît, transforme mon cœur. Rends-moi sensible aux besoins des autres, qu’ils soient près de moi ou au loin. Montre-moi ce que tu veux que je fasse pour eux, et apprends-moi à être un intercesseur selon ton cœur.

Aline Neuhauser

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *